sopk et fertilité

Sopk et fertilité sont pour la plupart de temp liés. De nombreuses femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ont des enfants naturellement, mais certaines ont besoin d’une aide médicale pour tomber enceinte. Apprenez comment améliorer vos chances de tomber enceinte et comment réduire les risques potentiels pendant la grossesse.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) peut perturber le processus d’ovulation, où un ovule est libéré par l’ovaire chaque mois. En raison de niveaux élevés d’androgènes (hormones mâles) et d’insuline associés au SOPK, le cycle menstruel peut être affecté, entraînant des ovulations irrégulières ou l’arrêt complet de l’ovulation.

Les niveaux élevés d’androgènes peuvent entraver la croissance des follicules et la libération des ovules, les laissant sous-développés dans les ovaires. Bien qu’il soit normal d’avoir quelques ovules sous-développés, un excès peut compromettre la fertilité.

La fertilité peut également être influencée par d’autres facteurs, il est donc crucial d’explorer toutes les causes possibles avec votre médecin. Il peut vous orienter vers des spécialistes de l’infertilité ainsi que d’autres professionnels de la santé, comme des conseillers ou des psychologues, si nécessaire.

 

SOPK ET FERTILITE

Mode de vie sain

Adopter des moyens naturels pour accroître la fertilité commence par un mode de vie sain. Cela implique une alimentation équilibrée et une pratique régulière d’activité physique. Pour les femmes souffrant d’infertilité due au syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et présentant un surpoids, une perte de poids de 5 à 10 % peut restaurer une ovulation régulière, améliorant ainsi significativement les chances de conception.

Avant d’entreprendre tout traitement spécifique, votre médecin pourrait recommander des ajustements du mode de vie. Des recherches démontrent que les traitements d’infertilité donnent de meilleurs résultats lorsqu’ils sont associés à un mode de vie sain.

En maintenant un poids santé, vous diminuez également les risques de complications pendant la grossesse.

 

Avoir des enfants le plus tôt possible pour lutter contre l’infertilité

Il est conseillé, en cas de diagnostic de SOPK et de désir d’avoir des enfants, d’envisager la conception dès que possible. Cela permet d’explorer diverses options de traitement de la fertilité avant que l’infertilité due à l’âge ne devienne un facteur majeur, généralement autour de 35 ans.

 

Tracer votre ovulation

Pour augmenter vos chances de concevoir, surveillez votre cycle d’ovulation. Si vous identifiez une période régulière d’ovulation, visez des rapports sexuels à ce moment chaque mois.

Vous pourriez remarquer divers signes et symptômes d’ovulation, comme :

  • Changements dans le mucus cervical : il devient plus lisse et glissant.
  • Douleurs abdominales : vous pourriez ressentir une gêne dans le bas-ventre ou sur un côté.
  • Symptômes prémenstruels : comme des seins sensibles, des ballonnements et des fluctuations d’humeur.

 

Assistance médicale pour la promotion de l’infertilité

  • Stimulation de l’ovulation

Si vous éprouvez des difficultés à concevoir malgré des ajustements de votre mode de vie, votre médecin pourrait vous recommander des traitements de stimulation de l’ovulation pour booter votre fertilité.

Des injections ou des comprimés (tels que le létrozole, le citrate de clomifène ou le Clomid) peuvent être prescrits pour encourager vos ovaires à produire davantage d’ovules. Il est conseillé de discuter avec votre médecin pour déterminer quel médicament convient le mieux à votre situation. Des échographies et des analyses de sang sont généralement effectuées afin de déterminer le moment optimal pour déclencher l’ovulation.

Une fois que l’ovulation est déclenchée, le sperme peut être introduit soit par voie sexuelle, soit par insémination intra-utérine (IIU). L’IIU consiste à placer directement le sperme collecté dans l’utérus via le col de l’utérus.

Il est à noter que la stimulation de l’ovulation n’est généralement pas recommandée pour les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 35. Il est important de surveiller votre IMC.

Il est également important de noter que tous les cas de SOPK ne réagissent pas de la même manière à ces traitements, et certaines femmes pourraient nécessiter une combinaison de médicaments pour améliorer les résultats.

Les options de traitement de l’infertilité du SOPK comprennent :

  • Clomid pour le SOPK
  • Femara (létrozole) pour le SOPK
  • Metformine pour le SOPK
  • Gonadotrophines injectables pour le SOPK
  • FIV – Fécondation in vitro pour le SOPK

Votre médecin peut vous prescrire la metformine si vous présentez une absence d’ovulation et si aucune autre cause d’infertilité n’a été identifiée.

La metformine agit en réduisant la résistance à l’insuline et la production d’androgènes, comme la testostérone, dans les ovaires. Ce mécanisme peut favoriser le fonctionnement ovarien et restaurer un cycle menstruel régulier.

Il est parfois recommandé d’associer la metformine à d’autres médicaments, tels que le citrate de clomifène, afin d’améliorer les chances de succès.

Cependant, la metformine peut entraîner des effets secondaires tels que des nausées, des ballonnements abdominaux et une perte d’appétit. Pour atténuer ces effets, il est possible de prendre la metformine à des doses plus faibles ou de la prendre le soir.

Bien que la metformine ne soit généralement pas recommandée pendant la grossesse, il peut exister des situations médicales où son utilisation est nécessaire. Assurez-vous de discuter avec votre médecin pour savoir si la metformine est adaptée à votre situation.

Les gonadotrophines sont des hormones qui favorisent la croissance et la libération des ovules. Elles sont généralement prescrites aux femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) lorsque d’autres traitements tels que le citrate de clomifène ou la metformine ont échoué.

Il est essentiel que votre médecin ajuste avec précision la posologie de ces hormones, car elles peuvent augmenter le risque de grossesses multiples ou de syndrome d’hyperstimulation ovarienne.

Surveiller les trompes de Fallope

Votre médecin peut vous suggérer de subir une évaluation des trompes de Fallope afin de déterminer si leur obstruction ou leur altération contribue à l’infertilité. Cette évaluation peut être réalisée avant d’entamer un traitement de fertilité ou après avoir tenté différentes approches thérapeutiques.

 

CHIRURGIE POUR GUERIR DE L’INFERTILITE

La chirurgie peut être envisagée par les femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) afin d’augmenter leurs chances de concevoir. Toutefois, cette option n’est généralement envisagée qu’après avoir épuisé d’autres approches de traitement, y compris les changements de mode de vie et les thérapies médicales.

Chirurgie ovarienne laparoscopique

La chirurgie ovarienne laparoscopique, aussi appelée forage ovarien, est une procédure chirurgicale conçue pour améliorer la fonction ovarienne en augmentant ou en restaurant l’ovulation pour plus de fertilité.

Chirurgie bariatrique

Cette intervention réduit la taille de l’estomac, limitant ainsi l’apport alimentaire et favorisant une sensation de satiété avec de plus petites portions.

Cependant, il est important de noter que la chirurgie bariatrique n’est pas une solution instantanée pour améliorer la fertilité. Après l’opération, il est nécessaire que votre poids reste stable pendant au moins 12 mois avant de considérer une grossesse.

Il est recommandé d’avoir une discussion approfondie avec votre médecin pour comprendre les bénéfices, les risques et les implications financières de cette procédure.

Procréation techniquement assistée

Les femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques pourraient envisager des options de procréation assistée telles que la fécondation in vitro (FIV) si les autres traitements ont été inefficaces pour lutter contre l’infertilité.

La FIV peut représenter un investissement financier et un engagement en temps considérables. Son efficacité est généralement plus élevée chez les femmes qui ont apporté des modifications à leur style de vie et maintiennent un poids santé avant de débuter le traitement.

Grossesse

Si vous êtes affectée par le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), il est crucial d’aborder la question de la conception avec votre médecin. Les femmes atteintes de SOPK peuvent nécessiter des soins spécifiques avant, pendant et après la grossesse. Par exemple, il peut être nécessaire de surveiller votre tension artérielle ou de subir un dépistage du diabète avant de concevoir.

Le SOPK peut accroître le risque de complications durant la grossesse, notamment :

  • Fausse couche précoce
  • Diabète gestationnel (causé par une résistance à l’insuline)
  • Hypertension artérielle
  • Prééclampsie (une forme grave d’hypertension artérielle pendant la grossesse)
  • Accouchement prématuré
  • Accouchement par césarienne

De plus, certaines femmes atteintes de SOPK peuvent développer un diabète de type 2 après la grossesse.

Pour minimiser ces risques, il est important de suivre des examens de santé réguliers et de prendre des précautions supplémentaires tout au long de votre grossesse.

 

ARTICLE REDIGE PAR Dr Abderrahmane BELABBAS, Gynécologue obstétricien à Casablanca