hirsutisme

L’hirsutisme se caractérise par une croissance excessive de poils sur des zones spécifiques du corps, principalement chez

les femmes et les personnes assignées femme à la naissance. Bien que sa cause exacte ne soit pas claire, il est souvent associé à d’autres symptômes telles que le syndrome des ovaires polykystiques. Les traitements incluent la perte de poids, des médicaments et diverses méthodes d’épilation.

 

HIRSUTISME: Définition

L’hirsutisme, fréquemment observé, se caractérise par une croissance excessive des poils, principalement chez les femmes et les personnes désignées comme de sexe féminin à la naissance (AFAB). Cette condition peut entraîner le développement de poils grossiers et foncés sur des zones telles que la lèvre supérieure, le menton, la poitrine, l’abdomen ou le dos, plutôt que les poils fins habituellement présents, souvent appelés « duvet de pêche ». Bien que l’hirsutisme puisse engendrer un certain malaise, il est possible de le traiter.

 

Qui est concerné par l’hirsutisme ?

L’hirsutisme affecte principalement les femmes et les personnes assignées femmes à la naissance (AFAB). Bien qu’il puisse également toucher les hommes et les personnes assignées hommes à la naissance (AMAB), il est souvent difficile de distinguer l’hirsutisme de la croissance normale des poils épais, foncés et longs (poils terminaux).

Les personnes ayant des antécédents familiaux de conditions telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et l’hyperplasie congénitale des surrénales sont plus susceptibles de souffrir d’hirsutisme, de même que les personnes obèses.

Les individus d’origine méditerranéenne, hispanique, sud-asiatique ou moyen-orientale sont également plus à risque de développer de l’hirsutisme.

L’hirsutisme est rare chez les enfants, mais s’il se manifeste, cela peut être un signe de puberté précoce.

Est-ce que l‘hirsutisme est fréquent ?

Environ 5 à 10 % des femmes et des personnes assignées femme à la naissance en âge de procréer sont touchées par l’hirsutisme. À un moment donné de leur vie, plus de 40 % des femmes et des personnes assignées femme à la naissance sont concernées par l’hirsutisme.

 

En quoi l’hirsutisme influence-t-il votre corps ?

Bien que l’hirsutisme n’ait pas de répercussions directes sur votre santé physique, ses effets peuvent être ressentis sur le plan psychosocial et psychologique. Il peut entraîner du stress émotionnel, de l’anxiété et même de la dépression, influant ainsi sur la façon dont vous vous percevez et interagissez avec la société et les autres.

 

 

SYMPTÔMES ET CAUSES

 

Quels signes indiquent la présence d’hirsutisme ?

Le principal indicateur de l’hirsutisme est la croissance de poils foncés. Un autre symptôme associé à l’hirsutisme est la virilisation. Ce terme désigne le développement de caractéristiques sexuelles secondaires masculines ou typiques des personnes AMAB. La virilisation survient lorsque les niveaux d’androgènes sont élevés. Les androgènes, un groupe d’hormones sexuelles, jouent un rôle dans le début de la puberté et le développement physique. Les individus masculins ou AMAB produisent naturellement des niveaux d’androgènes plus élevés que les individus féminins ou AFAB.

Les effets de la virilisation peuvent se traduire par l’apparition de certaines caractéristiques sexuelles secondaires telles que :

  • Une voix plus grave.
  • Une réduction de la taille des seins.
  • Un développement musculaire accru.
  • L’augmentation de la taille du clitoris (clitoromégalie).
  • Une libido renforcée.
  • Des problèmes d’acné.

 

 

COMMENT SE MANIFESTE L’HIRSUTISME ?

L’hirsutisme se caractérise par la croissance de poils épais, rugueux et foncés sur des zones du corps où les poils sont habituellement fins et légers. Par exemple, les poils peuvent devenir plus denses et plus gros sur le visage, la poitrine, le dos, le bas de l’abdomen, le haut des bras ou le bas des jambes.

 

QUELLES SONT LES RAISONS DERRIERE L’HIRSUTISME CHEZ LES FEMMES ?

Dans de nombreux cas, l’hirsutisme se manifeste sans cause évidente. Cependant, plusieurs conditions peuvent en être responsables, notamment :

  • La surproduction naturelle d’androgènes : Bien que tout le monde en produise, les hommes et les personnes assignées masculines à la naissance en produisent généralement davantage. Si une personne assignée féminine à la naissance présente des niveaux élevés d’androgènes ou si ses follicules pileux sont particulièrement sensibles à ces hormones, elle peut développer un hirsutisme.
  • Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) : Cette affection hormonale courante entraîne une production excessive d’androgènes chez les femmes et les personnes assignées féminines à la naissance. Le SOPK s’accompagne souvent d’autres symptômes tels que l’acné, des cycles menstruels irréguliers, le diabète, une prise de poids et des problèmes de fertilité.
  • Les changements postménopause : Les modifications hormonales qui surviennent après la ménopause peuvent entraîner une croissance accrue de poils sur le visage, notamment la formation d’une moustache.
  • Le syndrome de Cushing : Cette condition survient lorsque l’organisme produit trop de cortisol, une hormone pouvant affecter divers organes, y compris la peau, les cheveux, les ongles, les glandes et les nerfs. Les symptômes du syndrome de Cushing peuvent également inclure une prise de poids rapide au niveau du visage, une guérison lente des blessures, une hypertension artérielle et le diabète.

D’autres conditions : Si l’hirsutisme apparaît soudainement et s’accompagne de symptômes tels qu’une voix plus grave, de l’acné ou un accroissement musculaire, il pourrait être le signe d’une maladie plus grave. Ces affections comprennent notamment les troubles des glandes surrénales ou des ovaires, tels que l’hyperplasie surrénalienne congénitale ou les tumeurs des glandes surrénales ou des ovaires produisant des androgènes.

Médicaments : Certains médicaments peuvent également entraîner un hirsutisme, notamment les stéroïdes anabolisants, la testostérone, la cyclosporine, le minoxidil, le danazol et la phénytoïne.

 

 

EST-CE QUE L’HIRSUTISME EST TOUJOURS ASSOCIE AU SOPK ?

Le SOPK n’est pas exclusivement responsable de l’hirsutisme. Néanmoins, entre 70 et 80 % des personnes atteintes du SOPK présentent des symptômes d’hirsutisme.

 

DIAGNOCTIC

 

Quels examens seront réalisés pour diagnostiquer l’hirsutisme ?

Si vous présentez des symptômes d’hirsutisme, votre médecin peut ordonner plusieurs examens, notamment :

Des analyses sanguines pour évaluer vos taux hormonaux. Une échographie pour examiner vos ovaires et votre utérus. Des radiographies pour évaluer vos ovaires et vos glandes surrénales afin d’exclure d’autres affections.

 

 

TRAITEMENT

 

Quels traitements sont disponibles pour l’hirsutisme ?

Oui, l’hirsutisme peut être traité. Les options de traitement incluent :

  • Perte de poids

La première étape courante dans le traitement de l’hirsutisme est souvent la perte de poids. Même une réduction de 5 % du poids corporel peut entraîner une diminution des niveaux d’androgènes, ce qui peut freiner la croissance excessive des poils.

 

  • Traitements médicamenteux

Les contraceptifs oraux (pilules contraceptives) sont largement utilisés pour traiter l’hirsutisme. Ils agissent en réduisant les niveaux d’androgènes, en régulant le cycle menstruel et en empêchant la grossesse. Les effets secondaires potentiels comprennent une sensibilité ou un gonflement des seins, des maux de tête, de l’irritabilité, des sautes d’humeur, des nausées et des saignements intermenstruels.

Les médicaments suppressifs d’androgènes, tels que la spironolactone (Aldactone®), le finastéride (Proscar®) et le flutamide (Eulexin®), peuvent efficacement traiter les cas légers d’hirsutisme en réduisant la production d’androgènes

Les médicaments hypoglycémiants, comme la metformine (Glucophage®) et les thiazolidinediones comme la pioglitazone (Actos®), peuvent réduire les niveaux d’insuline et d’androgènes dans le sang

Les agonistes de la gonadolibérine (GnRH) peuvent être utilisés pour réduire la production d’androgènes dans les ovaires, mais cette thérapie nécessite des injections et peut être coûteuse.

Enfin, la crème topique à l’éflornithine (Vaniqa®) ralentit la croissance des poils lorsqu’elle est appliquée sur les zones concernées. Bien que cela n’élimine pas les poils, des résultats visibles peuvent être observés après six à huit semaines.

 

  • Options d’épilation

Électrolyse : Cette méthode consiste à utiliser une fine aiguille associée à un léger courant électrique pour éliminer les racines des poils un par un. Chaque follicule pileux nécessite un traitement individuel, rendant l’électrolyse moins pratique pour les grandes zones corporelles. Les effets secondaires sont rares, mais peuvent inclure une légère décoloration de la peau (rouge, violette ou brune), des taches brunes temporaires et une légère sensation de picotement.

Épilation au laser : Cette technique repose sur l’utilisation de la chaleur d’un laser pour détruire les cellules riches en pigment (couleur). Les poils foncés absorbent davantage de chaleur en raison de leur forte concentration de pigments. La chaleur est ensuite transférée aux follicules pileux, les détruisant et empêchant ainsi leur repousse. Les effets secondaires potentiels comprennent des ampoules, des brûlures, des cicatrices, une hyperpigmentation (zones sombres de la peau) et une hypopigmentation (zones claires de la peau).

 

QUELS SONT LES EFFETS A PREVOIR SI JE SUIS ATTEINT(E) D’HIRSUTISME ?

Le traitement de l’hirsutisme est généralement continu. Bien qu’aucun traitement ne puisse éliminer totalement les poils, ils sont efficaces pour ralentir la croissance et réduire la densité des poils indésirables. La plupart des individus trouvent satisfaction dans les résultats une fois qu’ils ont trouvé un plan thérapeutique adapté. Une fois un traitement efficace identifié, il peut être suivi à long terme.

En conclusion, l’hirsutisme est fréquent, surtout chez les femmes et les personnes assignées femmes à la naissance (AFAB). Bien que non douloureux, il peut être un symptôme sous-jacent de conditions telles que le syndrome des ovaires polykystiques, le syndrome de Cushing, des problèmes de glandes surrénales ou des troubles ovariens. En plus de son impact physique, les poils indésirables peuvent engendrer des situations gênantes, ce qui peut influer sur le bien-être mental.

 

ARTICLE REDIGE Par Dr Mly Abderrahmane BELABBAS, Gynécologue Obstétricien à CASABLANCA