les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Toutes les personnes atteintes de SOPK ne présentent pas tous les symptômes, et l’intensité de chaque signe peut varier.

Certaines personnes rencontrent des symptômes tels que des troubles menstruels, des difficultés à concevoir, ou éprouvent les deux.

 

 

Les symptômes du Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Les symptômes incluent :

  • Des menstruations irrégulières ou absentes
  • Des difficultés à concevoir, liées à une ovulation irrégulière ou absente
  • Une croissance excessive de poils (hirsutisme), généralement sur le visage, la poitrine, le dos ou les fesses
  • Une prise de poids
  • Une perte de cheveux ou une raréfaction des cheveux sur le crâne
  • Une peau grasse ou des problèmes d’acné

Il est recommandé de consulter un médecin si vous présentez l’un de ces signes et si vous suspectez un Syndrome des ovaires polykystiques.

 

 

COMPLICATIONS LIEES A LA FERTILITE

Le Syndrome des ovaires polykystiques représente l’une des causes principales d’infertilité chez les femmes. De nombreuses personnes découvrent qu’elles souffrent du Syndrome des ovaires polykystiques lorsqu’elles rencontrent des difficultés à concevoir.

Pendant chaque cycle menstruel, les ovaires libèrent un ovule (ovulation) dans l’utérus. Ce processus, appelé ovulation, se produit généralement une fois par mois. Cependant, les personnes atteintes du Syndrome des ovaires polykystiques n’ovulent pas régulièrement, voire pas du tout, ce qui entraîne des menstruations irrégulières ou absentes et des difficultés à concevoir.

 

 

Risques à long terme

Le Syndrome des ovaires polykystiques peut accroître le risque de développer d’autres problèmes de santé plus tard dans la vie.

Par exemple, les personnes atteintes du Syndrome des ovaires polykystiques ont un risque plus élevé de développer :

  • Diabète de type 2 : une affection chronique caractérisée par une glycémie élevée.
  • Dépression et fluctuations de l’humeur : les symptômes du SOPK peuvent affecter la confiance en soi et l’estime de soi.
  • Hypertension artérielle et taux de cholestérol élevé : ces facteurs peuvent contribuer aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux.
  • Apnée du sommeil : les personnes en surpoids peuvent également développer cette affection, caractérisée par des interruptions de la respiration pendant le sommeil.

Les personnes ayant des menstruations absentes ou très irrégulières (moins de 3 ou 4 menstruations par an) depuis plusieurs années présentent un risque accru de cancer de l’endomètre. Cependant, ce risque demeure faible et peut être réduit en utilisant des traitements pour réguler les menstruations, tels que la pilule contraceptive ou un dispositif intra-utérin (DIU).

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) demeure souvent sous-diagnostiqué, incompris voire négligé. Il est temps d’éclaircir ce qu’est réellement le SOPK, son lien avec la douleur pelvienne, les raisons de cette douleur intense, et les moyens de soulager ses symptômes.

 

 

Absence de règles due au SOPK

En fait, c’est principalement parce que tu n’ovules plus. Cette explication est simple, mais il est important de la détailler pour que tu comprennes ce que tu peux faire pour retrouver tes règles lorsque tu souffres du SOPK.

Absence de règles : causes à exclure Le SOPK n’est pas la seule cause possible de l’arrêt des règles. On distingue l’aménorrhée essentielle ou primaire lorsque les règles ne surviennent pas à la puberté, et l’aménorrhée secondaire lorsqu’elles disparaissent après avoir été présentes.

Nous nous intéressons ici aux causes qui peuvent entraîner une aménorrhée secondaire et qu’il est utile d’éliminer avant de chercher à améliorer les symptômes du SOPK.

Dysfonctionnement de l’hypothalamus : C’est le centre de commande de tes hormones, et il peut dysfonctionner en raison du stress, d’une activité physique intense (comme le sport de haut niveau), de troubles de l’alimentation (comme les troubles des conduites alimentaires) ou encore de troubles mentaux (comme la dépression). Insuffisance ovarienne primaire : Cela équivaut à une ménopause précoce.

Dysfonctionnement de l’hypophyse : Causé par un traumatisme crânien, un taux élevé de prolactine ou un adénome hypophysaire.

Dysfonctionnement de la thyroïde : Tant l’hyperthyroïdie que l’hypothyroïdie peuvent en être responsables. Utilisation de certains médicaments : Notamment des antidépresseurs et des antipsychotiques. Pour exclure toutes ces causes et effectuer les examens nécessaires, il est recommandé de consulter un professionnel de santé.

L’hyperandrogénie et ses effets sur le cycle menstruel Les troubles de l’ovulation peuvent avoir différentes origines, mais dans le cas du SOPK, ils sont généralement liés à l’hyperandrogénie. Cela signifie que ton corps produit trop d’hormones androgènes, souvent appelées hormones « masculines ». La testostérone en est un exemple, mais il en existe d’autres comme l’androsténédione et la DHEAS.

Cet excès d’androgènes se manifeste par les symptômes suivants :

  • Cycles menstruels longs ou irréguliers
  • Absence de règles
  • Acné inflammatoire
  • Hirsutisme (croissance excessive des poils)
  • Alopécie androgénique (perte de cheveux)
  • Ovaires présentant un aspect polykystique

Résistance à l’insuline Il est important de noter que les hormones androgènes sont naturellement produites par tes ovaires et tes glandes surrénales (de petites glandes situées au-dessus des reins). Cependant, le SOPK entraîne une augmentation de leur production, en raison de :

  • L’insulino-résistance et/ou une hyperglycémie provoquée par le SOPK, ce qui stimule la production d’hormones androgènes.
  • L’inflammation chronique de bas grade causée par l’excès d’hormones androgènes, l’insulino-résistance et/ou l’hyperglycémie.
  • Un taux élevé de LH associé à une surproduction d’hormones androgènes, ce qui entretient le déséquilibre hormonal.

Ces trois facteurs viennent perturber ton cycle menstruel et peuvent bloquer régulièrement l’ovulation, entraînant des cycles longs, irréguliers ou une absence totale de règles.

D’autres facteurs peuvent aggraver ce déséquilibre déjà présent, comme le stress, qui peut stimuler les glandes surrénales et la production d’androgènes, ou encore des éléments tels que l’alimentation, le tabac, l’alcool, un exercice physique intense et le manque de sommeil, qui peuvent accentuer l’inflammation chronique de bas grade et la résistance à l’insuline.

 

 

Absence d’ovulation

C’est un événement majeur du cycle menstruel. L’ovulation est un événement crucial du cycle menstruel car elle définit la production d’œstrogènes et de progestérone. Si l’ovulation ne se produit pas, tout l’équilibre hormonal est perturbé, et tu ne produiras pas non plus de progestérone, qui est bénéfique pour ta santé mentale, ton sommeil, ta peau, tes muscles et tes os.

Pour que l’ovulation se produise, il faut réunir les conditions suivantes :

  • Produire suffisamment d’œstrogènes.
  • Avoir un ratio équilibré de FSH/LH : une LH élevée par rapport à la FSH peut bloquer l’ovulation.
  • Maintenir un équilibre hormonal, notamment en ce qui concerne les hormones androgènes, la glycémie, la progestérone, les hormones thyroïdiennes et la prolactine.
  • Protéger ton corps du « mode survie » qui peut se déclencher en cas de stress physique ou psychologique intense.

Ce mode survie réduit la production d’hormones sexuelles pour préserver l’énergie corporelle, et il est courant chez les femmes exposées à des situations extrêmes comme la guerre ou la famine. De nos jours, le stress, l’alcool, le manque de sommeil, une mauvaise alimentation ou un exercice physique excessif peuvent également activer ce mode survie.

 

 

Est-ce que le SOPK cause des douleurs pelviennes ?

Le SOPK est souvent associé à des douleurs pelviennes. Les kystes ovariens, caractéristiques du SOPK, peuvent être inconfortables, et les personnes atteintes de ce syndrome peuvent également présenter de l’endométriose et/ou des fibromes utérins.

La douleur du SOPK est un effet secondaire moins courant du syndrome des ovaires polykystiques, mais pour celles qui souffrent de cette douleur pelvienne dans le bas de l’estomac, cela peut s’avérer très inconfortable et même perturber leur vie quotidienne. On pense que cette douleur provient de la présence de kystes ovariens (qui, lors d’une échographie, sont l’un des trois principaux symptômes utilisés pour diagnostiquer le SOPK), les femmes rapportant que la douleur ressemble à une sensation de couteau aigu, voire à une douleur sourde qui persiste dans le temps.

Donc, si vous souffrez de douleurs liées au Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), nous voulons vous assurer que, même s’il n’existe aucun médicament approuvé par la FDA pour traiter ce symptôme en particulier, il existe des remèdes maison contre le SOPK qui peuvent s’avérer efficaces. En plus de cela, vous pouvez également prendre quelques petites mesures au quotidien qui devraient aider à soulager les symptômes. Ceci étant dit, plongeons-nous dans nos 5 meilleurs conseils pour gérer la douleur du SOPK.  « D’où vient ma douleur liée au SOPK ? » Un mélange de gènes et d’hormones.

  • Kystes sur les ovaires 

Dans certains cas, les kystes sur les ovaires peuvent être douloureux ; dans d’autres cas, ils peuvent être extrêmement petits et ne provoquer aucun symptôme ni inconfort.
‍ Cependant, si un kyste provoque des symptômes, les plus courants peuvent être des sensations de pression, des ballonnements, un gonflement ou des douleurs dans le bas de l’abdomen. Selon l’Office on Women’s Health (qui fait partie du ministère américain de la Santé et des Services sociaux), la douleur peut être une douleur sourde ou une sensation de coup de couteau. En particulier dans le cas d’une rupture de kyste, cet événement peut provoquer une douleur soudaine et intense, ou dans le cas d’un kyste provoquant une torsion d’un ovaire, la douleur associée peut déclencher des nausées et des vomissements.

Il est probable que vous n’ayez pas ressenti tous ces symptômes, mais vous en avez peut-être ressenti certains. Dans ce cas, nous proposons une solution à domicile que vous pouvez utiliser pour gérer la douleur du SOPK dès aujourd’hui.

Faites de l’exercice, idéalement 3 à 5 fois par semaine.
La plupart des médecins pensent que le SOPK provient d’un déséquilibre hormonal dans le corps, en particulier de niveaux trop élevés d’androgènes (l’hormone sexuelle masculine), qui sont également souvent liés à une insensibilité à l’insuline (en tant que cause). (Résultat de taux d’insuline dans le sang excessivement élevés ou fluctuants). Ces problèmes ont pour effet de produire une série d’autres symptômes, tels qu’une peau grasse, de l’acné, une perte de cheveux, une pousse de poils à des endroits indésirables et des règles irrégulières ou inexistantes.

Une façon holistique de gérer la douleur du Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) consiste à faire de l’exercice régulièrement. Une combinaison d’exercices d’aérobie et de renforcement est la plus efficace, en particulier des exercices lents avec poids deux fois par semaine.

Tout cela peut sembler intimidant ou accablant au début : exercices d’aérobic, entraînement de renforcement musculaire, entraînements HIIT… mais ce n’est pas nécessairement le cas. Essentiellement, les exercices aérobiques sont tout ce qui fait augmenter votre fréquence cardiaque : la marche rapide, la course, le vélo, la natation et le spinning sont autant d’exemples d’exercices aérobiques que vous pouvez intégrer à votre routine quotidienne pour promouvoir la santé corporelle.

Quant à l’entraînement en force pondéré, il s’agit simplement d’utiliser à la fois votre poids corporel et votre poids d’assistance (comme des poids individuels, une barre de squat ou des haltères) pour créer une résistance et renforcer vos muscles. Des façons amusantes d’intégrer cela dans vos habitudes hebdomadaires peuvent inclure de rejoindre un cours d’entraînement en circuit avec un ami, d’écouter de la musique tout en vous entraînant ou de suivre un cours en ligne pour débutants sur la façon de développer votre force grâce aux poids.

Dans le cas du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), les signes qui alertent généralement les femmes sont les cycles irréguliers ou l’absence totale de règles. Si tu te trouves ici, il est possible que ces symptômes t’aient également incitée à consulter.

Que ce soit après l’arrêt de ta contraception hormonale ou au moment de ta puberté, tu as rapidement réalisé que l’absence de règles n’était pas normale. Au début, cela peut sembler pratique de ne pas avoir ses règles, mais si tu lis cet article, c’est probablement parce que tu souhaites maintenant retrouver un cycle normal, avec des règles régulières chaque mois.

ARTICLE REDIGE Par Dr Mly Abderrahmane BELABBAS, Gynécologue Obstétricien à Casablanca