Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), une maladie endocrinienne touchant près d’une femme sur dix, se caractérise par un dysfonctionnement hormonal au niveau du cerveau et/ou des ovaires. Ce trouble entraîne une élévation du taux de testostérone, provoquant divers symptômes tels que l’acné, la perte de cheveux et l’hirsutisme (excès de pilosité, notamment sur le torse ou le menton), souvent difficile à vivre pour les femmes atteintes. En outre, le SOPK constitue la principale cause d’infertilité féminine, perturbant les cycles menstruels jusqu’à entraîner une aménorrhée (absence totale de règles).

SOPK ET ALIMENTATION

SOPK ET ALIMENTATION

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est souvent associé à un risque accru de syndrome métabolique, en particulier après l’âge de 55 ans. L’hyperandrogénie, caractéristique du SOPK, contribue à l’accumulation de graisse, principalement au niveau abdominal, ce qui augmente la résistance à l’insuline.

Cette résistance à l’insuline peut se manifester par plusieurs symptômes, notamment un excès de poids autour de la taille, un risque accru de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires.

Bien qu’il n’existe pas de traitement spécifique pour le SOPK, un suivi médical et une alimentation adaptée peuvent aider à atténuer les symptômes. Par exemple, pour les personnes en surpoids souffrant de SOPK, une perte de poids équivalente à 10% peut significativement réduire les symptômes et les complications associées.

En plus du suivi médical, voici quelques conseils alimentaires pour les personnes atteintes du SOPK, indépendamment de leur poids.

 

ALIMENTS A EVITER POUR LES FEMMES ATTEINTES DU SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES

Les aliments riches en acides gras saturés devraient être limités, car ils peuvent entraîner une hausse du taux de cholestérol et augmenter le risque de maladies cardiovasculaires. Ainsi, il est recommandé de réduire la consommation de :

  • Viandes grasses
  • Charcuteries
  • Produits laitiers riches en matières grasses tels que le beurre ou la crème fraîche
  • Aliments frits dans l’huile
  • Aliments de type « junk food »

 

ALIMENTS RICHES EN SUCRE

Les aliments riches en sucre peuvent aggraver les symptômes du SOPK. Il est conseillé d’éviter autant que possible les aliments suivants :

  • Viennoiseries et pâtisseries
  • Desserts tels que crèmes ou glaces
  • Confiseries
  • Chocolat
  • Sodas
  • Jus de fruits à base de concentré

Il est important de lire attentivement les étiquettes des produits que vous achetez en grande surface, car vous pourriez être surpris de découvrir la quantité de sucre ajouté, même dans des aliments qui ne semblent pas en contenir, comme les sauces tomates.

 

ALIMENTS AYANT SUBIT BEAUCOUP DE TRANSFORMATIONS

Les aliments très transformés, comme les plats préparés ou surgelés, renferment souvent des additifs et du sucre supplémentaire. Optez autant que possible pour une cuisine maison à base d’ingrédients bruts. Cette approche vous donne davantage de contrôle sur votre apport nutritionnel au quotidien.

 

 

QUEL TYPE DE REGIME ALIMENTAIRE EST RECOMMANDE POUR LES PERSONNES ATTEINTES DU SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES ?

Consommer une alimentation abondante en fibres est bénéfique, surtout en cas de SOPK. Les fibres jouent un rôle crucial dans la régulation de votre indice glycémique et la diminution du taux de cholestérol. Il est conseillé d’en ingérer entre 30 et 40 grammes par jour, que l’on retrouve dans une variété d’aliments tels que les fruits, les légumes et les céréales complètes.

Un apport adéquat en protéines est essentiel pour ressentir une sensation de satiété et maintenir un indice glycémique bas. Vous pouvez privilégier des sources de protéines d’origine végétale riches en fibres, telles que :

  • Légumineuses comme les pois chiches ou les lentilles
  • Graines telles que les graines de chanvre ou de courge
  • Soja
  • Tofu

Quant aux protéines d’origine animale, nous recommandons :

  • Viandes maigres comme les viandes blanches
  • Poissons
  • Crustacés

 

 

ALIMENTATION RICHE EN OMEGA-3

Les aliments riches en Oméga-3 fournissent des graisses saines qui peuvent aider à réduire l’inflammation dans le corps. Pour les femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), intégrer ces aliments dans leur alimentation peut être bénéfique, car cela peut contribuer à équilibrer les hormones et à atténuer certains symptômes du SOPK.

Voici une liste d’aliments riches en Oméga-3 :

  • Olives et huile d’olive extra-vierge.
  • Avocat et huile d’avocat.
  • Fruits à coque (amandes, noix de cajou, noix de macadamia, noix de pécan, noix du Brésil) et huile de noix.
  • Graines (chia, lin, courge, tournesol, chanvre, etc.) et leurs huiles.
  • Poissons gras tels que le saumon, l’anguille, la sardine, le hareng, la truite, le maquereau, l’anchois, etc.
  • Huiles de poisson comme l’huile de foie de morue et l’huile de krill.

Comment vivre plus sereinement avec le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) : nos recommandations.

Un suivi médical périodique est essentiel pour les personnes atteintes du SOPK, car les symptômes varient en fonction de l’âge. Il est crucial de surveiller régulièrement l’évolution de la maladie afin de traiter efficacement les symptômes existants et de prévoir l’apparition éventuelle de nouveaux symptômes.

 

 

UNE BONNE HYGIENE DE VIE

Pour maintenir un mode de vie sain, il est essentiel de suivre ces recommandations en plus de bien manger et de consulter un professionnel de la santé :

  • Surveillez votre poids : Maintenir un poids santé peut contribuer à atténuer les symptômes du SOPK. Il est recommandé de consulter un professionnel de la santé afin d’élaborer un plan de gestion du poids personnalisé. Évitez les régimes restrictifs et optez plutôt pour une approche équilibrée et pérenne en matière d’alimentation et d’activité physique.
  • Haut du formulaire
  • Bas du formulaire
  • Identifiez et libérez votre stress : il peut perturber vos hormones et exacerber les symptômes du SOPK. Explorez des méthodes pour gérer votre stress, comme la méditation, la respiration profonde, le yoga, la lecture ou toute autre activité relaxante qui favorise la détente. Accordez-vous du temps pour vous-même et mettez en avant votre bien-être mental et émotionnel.
  • Pour bien prendre soin de vous, veillez à une bonne nuit de sommeil. Le repos joue un rôle essentiel dans l’équilibre hormonal et votre bien-être général. Pour cela, adoptez une routine régulière de sommeil, en vous accordant suffisamment d’heures chaque nuit. Créez un cadre propice au repos dans votre environnement, en évitant les écrans avant de vous coucher et en pratiquant des techniques de relaxation pour favoriser un sommeil réparateur.
  • Réduisez votre consommation d’alcool autant que possible
  • Si vous fumez, envisagez de demander de l’aide pour arrêter.

 

ARTICLE REDIGE Par Dr Mly Abderrahmane BELABBAS, Gynécologue obstétricien à Casablanca